La correction de l'exposition


Utilisation de la correction d'exposition photographique

La correction d'exposition d'une photographie est importante, pour les situations où la photo n'est pas correctement exposée, soit par une section trop éclairée, ou que le sujet est à l'ombre.

En mode automatique, c'est l'appareil photo qui va déterminer l'exposition de la photographie. Il va donc mesurer la lumière qui entre dans l'objectif (TTL), et faire les ajustements d'ouverture, de vitesse d'obturateur, et de sensibilité ISO pour obtenir une quantité de lumière précise, afin d'obtenir une bonne exposition.

Comme l'appareil photo base son évaluation sur une scène dont la lumière serait plutôt homogène, il aura tendance à mal exposer une photo qui contient de grands contrastes. Un bon exemple est de faire une photographie la lune en mode automatique pour voir que l'appareil va surexposer la photographie, et aucun des détails de sa surface ne sera discernable.

Bouton de correction de l'expositionL'appareil photo a donc un bouton qui sert à la correction de l'exposition, représenté par le symbole +/-. Celui-ci va modifier la valeur IL de base que l'appareil va utiliser pour faire les ajustements des modes automatiques programmés, soit A, S, P et les modes utilisateurs U1 et U2. En mode manuel (M), l'appareil va ajuster l'affichage du graduateur d'exposition.

Malheureusement, sur mes caméras Nikon en tout cas, cette fonction de correction de l'exposition n'est pas disponible en mode automatique. Il faudra donc utiliser l'appareil en mode manuel, ou un des modes programmés pour l'utiliser.

Si on est un débutant et qu'on apprend à utiliser son appareil photo, il y a une façon facile de procéder. On va viser en appuyer le bouton à mi-chemin pour obtenir les valeurs d'ouverture de la lentille, et la vitesse de l'obturation que l'appareil veut utiliser en mode automatique (Auto). Puis, on met l'appareil en mode manuel (M), et on ajuste les mêmes réglages pour obtenir une exposition similaire. On peut aussi utiliser le mode de priorité vitesse ou la priorité d'ouverture, et n'utiliser qu'une seule des valeurs.

A ce point, on obtiendrait une photographie aussi surexposée, et on peut alors utiliser le bouton de correction d'exposition pour l'ajuster. L'échelle numérique de celui-ci fonctionne comme le graduateur d'exposition du viseur, en utilisant l'indice de lumination (IL), et on peut donc l'ajuster en fractions de 1/3 de IL, ou EV. Pour une surexposition, on va utiliser une valeur négative, pour diminuer la quantité de lumière. On pèse sur le bouton +/- en le maintenant en place, puis, avec la molette d'ajustement, on va simplement sélectionnner la valeur IL, négative ou positive, qu'on veut utiliser. 

Dans le cas de la lune, c'est une diminution d'environ 3 IL, ou stops, qui vont rétablir l'exposition afin d'obtenir les détails de sa surface, et on utiliserait donc une correction de 3.0 IL sur l'afficheur. Mais pour les autres situations de surexposition, il faut carrément y aller à tâtons, sauf qu'avec l'expérience, on finit par avoir une bonne idée de l'ajustement de la correction d'exposition à utiliser.

On a aussi la situation inverse où l'appareil va sous-exposer le sujet d'intérêt de la photographie. On va donc procéder de la même façon, mais simplement régler une valeur positive pour augmenter l'exposition à utiliser.

Cette fonction est très utile, mais il ne faut pas oublier de la remettre à son état initial une fois qu'on a terminé. Comme la correction de l'exposition est un ajustement qui reste fixe pour chacuns des modes de l'appareil, l'oublier va ensuite produire des photos trop brillantes ou sous-exposées. Comme on change de mode fréquemment, selon la situation, il est préférable de toujours remettre la correction d'exposition à zéro une fois la session de photographie terminée.