La photographie d'hiver


Comment faire de belles photographie l'hiver


La photographie d'hiver est beaucoup négligée, à cause du froid, de la buée qui se forme sur l'équipement photo quand on rentre dans la maison... et quand vient le temps de photographier un paysage d'hiver important, on obtient souvent une image sombre, surtout si on a pris la photo en mode automatique.

Selon le paysage enneigé qu'on veut photographier, la scène sera habituellement saturée de blanc, et l'appareil photo numérique va sous-exposer, car il pense que tout ce blanc provient d'une trop forte exposition lumineuse.

Pour déterminer et afficher le graduateur d'indice de lumination (IL), un appareil photo va calculer la quantité de lumière qui entre par l'objectif (TTL), et s'ajuster à partir de cette valeur. Comme la neige augmente beaucoup la brillance du paysage, il semble y avoir trop de lumière, et l'appareil va réduire l'exposition.

Ce qui ce passe alors, c'est que le paysage d'hiver est sous-exposé, la neige semble devenir grise, et la photographie ne rend alors pas justice au paysage qu'on voulait saisir. C'est l'inverse de faire une photographie de la lune qui devient trop exposée, à cause du ciel noir qui est omniprésent, et on perd les détails de sa surface trop brillante.

Photo d'hiver ensoleillé prise normalement qui est sombre
La photo d'hiver ensoleillé prise normalement est sombre

La photographie d'un paysage hivernal doit donc être surexposée pour reproduire fidèlement l'image, la brillance et les couleurs que la scène a vraiment. C'est alors que l'habitude et l'expérience du photographe aident, car en général, ce n'est pas un facteur qui reste fixe tout au long d'une cession photo. On doit essayer d'évaluer la proportion de neige et de couleurs pour bien ajuster.

Si le mode automatique de l'appareil permet la correction de l'exposition, avec le bouton +/-, on peut l'augmenter de cette façon. Mais comme la proportion de neige change souvent dans le paysage, on va souvent devoir le modifier. L'idéal, c'est d'utiliser l'appareil photo en mode manuel, et d'utiliser le graduateur IL au bas du viseur pour régler l'appareil au-dessus de ce qu'il suggère comme étant une bonne exposition normale.

Même photo d'hiver surexposée d'un IL qui devient plus claire
La même photo d'hiver surexposée d'un IL devient plus claire

Quand le paysage d'hiver est presque complètement blanc, je commence par surexposer de 2 IL, ou stops, et vérifie l'histogramme. Un IL, ou EV, est représenté par une longue ligne sur l'indicateur des IL. Donc si la scène est presque toute blanche, on va ajuster l'appareil pour qu'il affiche 2 IL plus haut que le centre de l'échelle du viseur.

A mesure que la proportion de blanc versus les couleurs diminue, on doit moins pousser la surexposition, car la scène devient plus près d'une image aux couleurs normales. C'est une des situations où l'histogramme de l'appareil photo devient utile, car comme il fait clair, on a plus de difficulté à vérifier l'exposition sur l'afficheur LCD du boîtier numérique.

Si la neige occupe environ la moitié de l'image, j'augmente l'exposition d'un IL et regarde si l'histogramme ne dépasse pas à l'extérieur d'une des extrémités, signifiant une perte de donnée.

Comme j'utilise le format de fichier RAW pour la sauvegarde des photographies, je peux faire des ajustements de brillance, détails... dans l'éditeur d'image du fournisseur de l'appareil photo, avant de générer le fichier JPG pour la photo d'utilisation normale. C'est pourquoi j'utilise celui-ci entre le format RAW ou JPG.

Il ne reste qu'à pratiquer et améliorer son évaluation de l'exposition à utiliser, pour obtenir une image aussi fidèle que possible du paysage hivernal qu'on voulait photographier. Si on veut apprendre la photographie, c'est un bon exercice, car ce n'est pas seulement en présence de neige qu'on doit surexposer, mais dans toute situation où le pâle domine beaucoup sur les couleurs foncées.