Comment photographier les oiseaux


Comment faire la photographie d'oiseaux sauvages


Photographier les oiseaux sauvages est un test de patience, car il faut les dénicher, les approcher, les cadrer, et comme ils bougent rapidement, on doit aussi le faire rapidement.

Comme ce sont des animaux qui ne se laissent pas vraiment approcher facilement, on doit utiliser l'objectif photo à la longueur focale la plus longue. J'utilise un objectif 70-300mm, ou un 300mm f/4 pour la photographie d'oiseaux, et je peux ainsi les photographier d'une plus grande distance.

Selon l'ouverture maximum de l'objectif, on devra faire certains réglages sur l'appareil photographique, afin d'obtenir une bonne exposition de la photo.

Selon la quantité de lumière ambiante, on va ajuster la sensibilité ISO à une valeur assez basse pour ne pas trop produire de bruit, mais permettre d'utiliser une obturation assez rapide afin d'éviter le flou des mouvements de l'oiseau. De plus, une grande longueur focale exige une obturation rapide, car nos mains vont aussi produire des mouvements.

Photo du sélecteur en mode priorité vitesse

Si on veut utiliser un mode automatique, on doit utiliser le mode de priorité vitesse, afin de spécifier la vitesse minimale à utiliser. On va donc sélectionner le mode S sur la molette de sélection des modes automatiques et manuels. Maintenant on a simplement à ajuster la vitesse d'obturation qu'on veut utiliser pour s'assurer que la photo de l'oiseau sera clair. Pour des oiseaux qui sont perchés, une vitesse d'environ 1/200 de seconde et plus devrait suffire, selon la dextérité du photographe.

Photo d'une Petite Nyctale à 300mm, f/6.3, 1/320, à ISO 400
Petite Nyctale à 300mm, f/6.3, 1/320, à ISO 400

On peut facilement utiliser l'appareil en mode manuel, car il suffit de sélectionner la vitesse, ainsi que la dimension de l'ouverture de l'objectif, mais ce sera plus difficile si on veut photographier l'oiseau en vol. Comme on dispose d'une mesure de l'indice de lumination, un graduateur dans la mire de l'appareil, il suffit d'ajuster l'ouverture pour qu'il indique 0. Selon la quantité de lumière, il est possible d'utiliser une ouverture plus petite, afin d'obtenir une plus grande profondeur de champs, et une vitesse plus grande, ce qui augmente la qualité de la photo, car une plus grande portion de celle-ci sera claire.

Photo d'un moqueur chat prise à 300mm, f/6.3, 1/125, à ISO 400
Photo d'un moqueur chat prise à 300mm, f/6.3, 1/125, à ISO 400

C'est une des situations ou l'utilisation de l'appareil photo en mode de priorité vitesse est bien utile, car une fois la vitesse fixée, l'appareil va simplement ajuster le réglage de l'ouverture automatiquement. Si la sensibilité ISO est réglée sur AUTO dans la configuration de l'appareil, il l'utilisera aussi pour faire les réglages de l'exposition automatiquement.

Photo à f/5 où presque seule la tête de la mésange est claire
A f/5 presque seule la tête de la mésange est claire

Cependant, si la lumière est faible, ce mode utilisera une grande ouverture, ce qui réduit la profondeur de champs, et on peut obtenir un oiseau dont seule la tête est claire. Pour éviter ceci, on doit augmenter la sensibilité ISO afin d'utiliser une ouverture du diaphragme plus petite, ou une valeur f plus grande, et ainsi obtenir un oiseau qui sera clair. On peut également utiliser la fonction auto-iso si elle est disponible.

Appareil avec téléphoto sur un trépied

Utiliser un trépied peut aider, mais comme l'oiseau est rarement immobile, on va sûrement obtenir du flou de mouvement si on utilise une vitesse d'obturateur trop basse. Pour utiliser un flash, il faut naturellement être à portée, et l'oiseau ne s'enfuira que si il vous voit bouger.

Harfang photographié en vol à 300mm, 1/2500, f/5, à ISO 100
Harfang en vol à 300mm, 1/2500, f/5, à ISO 100

Naturellement, on veut aussi photographier des oiseaux en vol, et c'est encore une situation ou le mode priorité à la vitesse est très utile. Pour ceci, on va faire les mêmes ajustements, sauf qu'on va utiliser une vitesse plus rapide pour l'obturateur de l'appareil, et ainsi bien figer l'oiseau en vol. Si votre objectif photo a un système de réduction des vibrations (VR), et qu'un bouton ACTIVE est présent, on le positionne sur ON. Ceci sert à indiquer à la caméra qu'elle est elle aussi en mouvement, parce qu'on suit l'oiseau en vol, et l'aide à mieux déterminer l'objet qu'on désire photographier pour le stabiliser.

Photo d'un héron en vol prise à 300mm, f/5.6, 1/1000, à ISO 400
Photo d'un héron en vol prise à 300mm, f/5.6, 1/1000, à ISO 400

Ici, c'est la dextérité du photographe, à suivre l'oiseau pendant son vol, bien mirer pour faire la mise au point, et déclencher avant que l'oiseau ait trop bougé, qui va faire la différence. La seule façon d'apprendre la photographie, c'est avec de la pratique, et c'est comme ça qu'avec le temps, on va réussir à suivre de plus en plus facilement et bien cadrer l'oiseau qui s'envole.

Également, avec le temps et la pratique, on va finir par savoir comment s'approcher des oiseaux sauvages pour les photographier plus facilement. Une photo prise de plus près sera fort probablement plus claire et belle qu'une prise à une plus grande distance, et la patience va souvent être payante. Utiliser le mode S pour une priorité vitesse va beaucoup simplifier le travail, car pour photographier les oiseaux sauvages, il faut généralement réagir vite pour réussir à les capturer en action.